samedi 4 octobre 2008

A la gare, personne ne m’attendait au bout du quai.

J’aime les bibliothèques. J’aime entendre le bruit silencieux des gens qui font tant d’effort pour ne déranger personne. J’aime les pas feutrés sur la moquette, le bruit des pages qui se tournent, les journaux froissés. J’aime le bruit lancinant de la photocopieuse, celui aigu et ponctuel du démagnétiseur sur les codes barres des livres. J’aime les gros fauteuils moelleux dans lesquels on peut se pelotonner, et les salles pleines de coussins de l’étage littérature jeunesse. J’aime les immenses présentoirs à prospectus prêt de la banque de prêt : randonnées, cours de cuisine, de yoga, méditation, cercle de lecture, thés dansant, accrobranche, leçons de judo, séances de gym, brocantes, étudiant propose cours de soutien en maths appeler au…J’aime la chaleur de la bibliothèque dans laquelle on se refugie, j’aime découvrir qu’il existe des livres sur la sexualité des escargots, les ornithorynques, les phares de la Bretagne sud ou le bricolage avec les déchets ménagers. Je me demande s’il y a vraiment des gens pour lire ça, de la page de garde à la quatrième de couverture, avec sérieux, sans sauter de lignes, pas juste pour regarder les images. Je me demande aussi s’ils pourraient penser la même chose des livres que je lis. J’aime retomber sur les albums de mon enfance, constater qu’ils sont toujours là, que d’autres enfants les lisent. J’aime me poser dans un coin et les relire, en me rappelant chaque page un peu plus. J’aime me rappeler de la fin avant d’y arriver. J’aime réemprunter pour la 12ème fois des livres que j’ai déjà lus. Je suis comme ça, j’écoute toujours les deux ou trois même CDs : celui pour les trajets, celui pour travailler, celui pour dormir. Je suis comme ça, je relis toujours les 4 ou 5 même livres, celui qui me fait rire, celui qui me serre le cœur, celui qui me rêver, celui qui me donne la pêche, celui qui me fait pioncer en 3 minutes. Je suis comme ça, je me plains du train-train mais la nouveauté me bouscule. Je suis comme une petite mamie avec ses habitudes et ses horaires bien calés. Il ne me manque plus qu’un chat arthritique. Je suis une petite mamie qui fait sa promenade du dimanche à la bibliothèque, en râlant contre le froid, le vent, le métro, les jeunes, les vieux, les prix, l’hiver, les rhumatismes, les chiens et leurs merdes, en râlant, alors qu’en fait, elle adore ça.

Posté par Lallie à 13:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur A la gare, personne ne m’attendait au bout du quai.

Nouveau commentaire